Marwa ha terminato la sua esperienza presso AICEM, dove ha svolto un mese di tirocinio nell’ambito del programma EuroMed Exchange, finanziato dalla fondazione Anna Lindh per promuovere la cooperazione Euromediterranea. In questo breve articolo ci racconta com’è andata e quali scoperte ha portato con sé al suo rientro in Tunisia.

Quand ce sera ton tour?

Si vous voulez développer vos propres capacités et servir la communauté dans laquelle vous vivez, Vous devez travailler avec les associations et faire du travail associatif à travers lequel vous pouvez changer beaucoup de choses. Grâce au soutien de la Fondation ANNA LINDH, les jeunes ont pu sortir du coin fermé où ils vivaient pour découvrir le travail d’associations d’autres pays, différents ou similaires à leur pays.

Cette expérience d’échange est la première pour moi, aller en Italie était le rêve de mes rêves que je souhaitais depuis longtemps,  et quand j’ai reçu l’opportunité de la part de mon association tunisienne Club Ali Belhouen, j’ai accepté sans réfléchir.

Le premier jour de mon stage était très facile pour moi et je n’ai pas trouvé des difficultés d’intégration au sein de groupes de volontaires puisque les jeunes qui travaillent avec AICEM sont très coopérative, très gentille avec un  esprit de partage.

Les taches effectuées durant le stage

Les premières taches pour moi, c’était la participation avec le groupe des volontaires dans un programme d’éducation informel destinée aux 44 jeunes ( 16-18 ans) dans un établissement scolaire, et le plus important dans ce travail pour moi c’est me faire participer soit avec mes idées, soit pour aider à faire des taches logistiques, prendre des photos , et autres taches …

Le temps passe vite ici, chaque jour il y a un travail à faire Il y a de nouvelles connaissances ajoutées à mes vieilles connaissances et il y a un langage à pratiquer et surtout beaucoup nouvelles choses à découvrir (des amies, le gout du café, un autre type de pizza, les rues, les traditions, des mots ressemblent un peu à des mots utilisés par les Tunisiens).

La coopération et la coordination avec autres associations

Et surtout  je n’oublierai pas l’opportunité d’Aicem qui m’a permis de participer à une formation sur l’emploi des jeunes en Slovénie avec plus de 30 participants et participants d’Espagne, de Rome, de Croatie, de Roumanie et de Serbie.

Cette opportunité m’a permis de découvrir les nombreux moyens modernes utilisés pour trouver un emploi. À travers les soirées culturelles quotidiennes, j’ai également pu présenter la Tunisie les lieux, les coutumes et les  traditions les plus importantes a mon avis. En contre partie, j’ai eu de la chance de connaitre  d’autres pays avec les différentes cultures comme la Slovénie et la Roumanie …

Pour moi, ce n’était pas seulement un atelier de formation mais aussi une opportunité d’apprendre sur la qualité du travail communautaire réalisé par ces associations. C’était aussi l’occasion de coopérer avec ces associations pour échanger des expériences et des connaissances entre eux et les associations tunisiennes.

Ce que j’ai appris de cette opportunité

Bien sûr, chaque début a une fin. Aujourd’hui, j’ai fini mon expérience à Rome et je ne sais pas où ma destination sera demain …

J’ai terminé cette expérience avec de nombreux amis Linda, Sara, Giovanni et  J’apporte avec moi a mon pays la Tunisie de nombreuses photos et souvenir qui sont restés dans ma mémoire.

Les rues de l’Italie la nuit, le goût de la pizza, l’odeur du café et les gens gentils que j’ai rencontrés.

Merci pour Aicem , merci pour notre club Ali Belhouen a Tunis et aussi un grand merci a la fondation Anna Lindh .

Conseil

Mon conseil pour les jeunes;

Investissez votre temps et votre énergie dans le bénévolat et développez vos capacités et vous-même.

Croyez-moi, vous ne le regretterez jamais.

Maintenant j’ai fini, maintenant c’est ton tour

 

 

 

 

394 View